jours

heures

minutes

secondes

11 octobre 2018

AccorHotels Arena Paris

Fredenucci

Groupe Ametra

<

Anne-Charlotte Fredenucci, présidente du groupe Ametra

Diplômée de l’ESSEC (1998), avec cursus à l'université de Sydney, Anne-Charlotte entre chez Bain & Company, à Paris. Elle effectue diverses missions de conseil en stratégie en France, en Italie, en Allemagne et au Royaume-Uni. En 2000, elle rejoint le bureau de Londres de Viant, agence web cotée au NASDAQ pour préparer l’ouverture du bureau parisien.

Mais en 2001, son père réclame sa présence au sein du groupe Ametra (anciennement Deroure), qu’il a lui-même fondé en 1979, pour préparer sa succession. Au sein de ce groupe industriel, qui réalise alors 16 M€ de CA notamment auprès des grands clients de l’aéronautique (Airbus, Thales, Zodiac, Safran…), Anne-Charlotte Fredenucci constate le besoin urgent de moderniser les méthodes de pilotage de l’activité. Elle décide donc d’un plan de modernisation du Groupe et met en place des outils innovants, des sites Internet jusqu’aux ERPs en mode SaaS. Les résultats sont au rendez-vous, puisqu’en 2008, le Groupe a atteint 25 M€ de CA.

En 2009, la crise frappe Anjou Electronique de plein fouet. L’entreprise voit fondre de 35 % son carnet de commandes en 15 jours. 160 emplois sont menacés, dans la région déjà sinistrée de Saumur, sans compter les 60 emplois de la filiale tunisienne, Anjou Internationale. Anne-Charlotte Fredenucci décide alors de redresser l’entreprise. Elle reprend le mandat de Président à son père, met l’entreprise en sauvegarde, négocie avec les syndicats un PSE et s’engage également dans une stratégie de rapprochement des 2 filiales du groupe, Anjou et Ametra.

En 2010, Anjou Electronique est à l’équilibre : l’entreprise est sauvée, e les emplois maintenus à Saumur. En 2012, l'entreprise reçoit d’EADS Astrium (aujourd’hui Arianegroup) la distinction de Master Supplier, seule PME en Europe à l’obtenir pour les métiers du câblage. L’entreprise continue de progresser depuis 2012 : des politiques de modernisation et de lean sont initiées (investissement dans le programme d’excellence opérationnelle « DINAMIC » de la chambre de commerce et d’industrie d’Angers). Elle obtient le Trophée de la Meilleure Usine de l’Usine Nouvelle, en 2015. 

En 2017, Anjou remporte un nouveau référencement chez Thales, réalise une croissance de plus de 20% et se lance dans le programme « performances industrielles 2 » du GIFAS pour renforcer encore son excellence opérationnelle.

La seconde filiale, Ametra Ingénierie (conception mécanique, ingénierie système et calculs) crée entre 2009 et 2018 plus de 200 emplois et monte en gamme vers des projets forfaitaires de design de nouveaux produits innovants dépassant 1M€, pour de nombreux clients industriels (Nexter, Thales, Dassault, Airbus Defence and Space, Technicatome, Supersonic…). Ametra ouvre plusieurs agences et antennes en France, embauchant dans des zones peu denses au niveau industriel (Roanne, Tulle, Issoudun, Bourges) et s’implante en Allemagne à Nuremberg, pour mieux servir les industriels devenus européens. 

En juin 2017, le groupe Deroure change de nom pour devenir « groupe Ametra » et renforce l’intégration de ses deux branches, ingénierie et fabrication, pour former une seule ETI proposant des work packages cohérents. Pour accompagner cette mutation stratégique, Ametra rejoint en septembre 2017 le programme accélérateur PME/ETI de Bpifrance avec le GIFAS.

Par ailleurs, depuis 2016, Anne-Charlotte Fredenucci entame la transformation digitale du groupe (numérisation de méthodes et procédures industrielles en fabrication, présence dynamique sur les réseaux sociaux, webinars, méthodes agiles et culture hiérarchique décloisonnée favorisant le dialogue avec la génération Y.

Enfin, outre le contrôle des filiales pris en 2009, Anne-Charlotte Fredenucci prend en 2016 la présidence de la holding du groupe, Deroure Gestion, et crée un conseil stratégique avec une gouvernance indépendante, objective et exigeante.

Elle est, depuis 2014, Chevalier de l'Ordre National du Mérite.

Autres engagements personnels et professionnels

Anne-Charlotte est élue au Comité Ingénierie et Conseil en Technologie de Syntec Ingénierie ( 2016-2020). Elle joue le rôle d’ambassadeur de la French Fab et des accélérateurs Bpifrance au sein du Syntec Ingénierie

Par ailleurs, l’engagement RSE du groupe AMETRA est une priorité pour la dirigeante qui signe en 2016 la charte Global Compact de l’ONU et soutient, à travers le groupe, de nombreuses associations caritatives auprès desquelles les salariés sont également engagés : Croix-Rouge, UNICEF, Main dans la Main… 

Anne-Charlotte Fredenucci s’investit également auprès des jeunes, notamment dans le cadre de l’association 100 000 entrepreneurs, qui vise à promouvoir l’esprit d’entrepreneuriat auprès des collégiens et lycéens, à travers des interventions et témoignages dans les écoles. 

Enfin, en tant que femme dans une industrie d’hommes, elle est souvent appelée à témoigner auprès de jeunes étudiantes ou actives, afin de partager son expérience, de les inspirer et de les encourager à oser. Elle a ainsi été sollicitée par Women’up, Depuis 2015, le réseau « Les Expertes » (pour la promotion de la prise de parole des femmes dans les médias) l’a référencée dans sa base de données diffusée auprès des journalistes dans les catégories défense et aéronautique. En 2017, elle reçoit le prix « cheffe d’entreprise » décerné par le réseau FCE (Femmes cheffes d'entreprises).

Suivre l'événement

#innogeneration